Version imprimable de cet article Version imprimable

Entrer dans son Héritage

« Les fils de Juda s’approchèrent de Josué, à Guilgal ; et Caleb, fils de Jephunné, le Kenizien, lui dit : Tu sais ce que l’Éternel a déclaré à Moïse, homme de Dieu, au sujet de moi et au sujet de toi, à Kadès-Barnéa.
J’étais âgé de quarante ans lorsque Moïse, serviteur de l’Éternel, m’envoya de Kadès-Barnéa pour explorer le pays, et je lui fis un rapport avec droiture de cœur. Mes frères qui étaient montés avec moi découragèrent le peuple, mais moi je suivis pleinement la voie de l’Éternel, mon Dieu. Et ce jour-là Moïse jura, en disant : Le pays que ton pied a foulé sera ton héritage à perpétuité, pour toi et pour tes enfants, parce que tu as pleinement suivi la voie de l’Éternel, mon Dieu.
Maintenant voici, l’Éternel m’a fait vivre, comme il l’a dit. Il y a quarante-cinq ans que l’Éternel parlait ainsi à Moïse, lorsqu’Israël marchait dans le désert ; et maintenant voici, je suis âgé aujourd’hui de quatre-vingt-cinq ans. Je suis encore vigoureux comme au jour où Moïse m’envoya ; j’ai autant de force que j’en avais alors, soit pour combattre, soit pour sortir et pour entrer. Donne-moi donc cette montagne dont l’Éternel a parlé dans ce temps-là ; car tu as appris alors qu’il s’y trouve des Anakim, et qu’il y a des villes grandes et fortifiées. L’Éternel sera peut-être avec moi, et je les chasserai, comme l’Éternel a dit.
On donna à Caleb, fils de Jephunné, une part au milieu des fils de Juda, comme l’Éternel l’avait ordonné à Josué ; on lui donna Kirjath-Arba, qui est Hébron : Arba était le père d’Anak. Caleb en chassa les trois fils d’Anak : Schéschaï, Ahiman et Talmaï, enfants d’Anak. »

Jos.14.6-12 Et Jos.15.13-14

Très chers amis, voici une réflexion pour nous encourager à rentrer en possession de notre Héritage sans délai.

Ce texte nous relate l’établissement de Caleb à Hébron.

Quarante cinq ans plutôt, Dieu demande par l’intermédiaire de Moïse d’envoyer 12 espions pour explorer le pays à conquérir. Les espions reviennent et découragent le peuple, il y a dans ce pays à conquérir des Géants, fils d’Anak, ils sont très forts et nous, par rapport à eux, nous sommes des « sauterelles ». Nous allons être dévorés, nous ne faisons pas le poids. Nous allons être anéantis et exterminés.

Josué et Caleb sont les seuls à faire encore confiance à Dieu et ils encouragent le peuple à croire en Dieu, en son secours et en sa fidélité.

Le peuple se révolte, murmure contre Dieu, et veut retourner en Égypte.
Cela irrite Dieu qui se met en colère : la sentence de Dieu tombe, le peuple va errer 40 ans dans le désert et tous les adultes (exceptés Josué et Caleb) vont mourir dans le désert et ne vont pas voir le pays promis.

Quarante cinq ans plus tard :
Tous les adultes sont morts à l’exception des vieux Josué et Caleb (la parole de Dieu s’accomplit avec exactitude, elle fait vivre Josué et Caleb).

Caleb a quatre vingt cinq ans, et il réclame son héritage.

À 85 ans, le vieux Caleb va infliger une sacrée défaite aux fils d’Anak tant redoutés par le peuple.

Quelle perte de temps, quarante années à errer ...
Quelles pertes humaines : tous les adultes sont morts, à l’exception de deux rescapés.
Quelle correction : subir la colère de Dieu.
Quelle honte pour le peuple : quarante années à tourner en rond pour traverser quelques centaines de kilomètres (Pour les peuples voisins : Leur Dieu a perdu le nord, il n’a pas de boussole, il ne connaît plus le chemin ....).

Et pourquoi ?
Parce que ils n’ont pas eu la foi, ils n’ont pas cru en Dieu. Ils ont voulu marcher par la vue et non par la foi, ils ont eu peur des géants qui se sont révélés être 45 ans plus tard de grands épouvantails.

Mais la fidélité de Dieu est grande.
Rien ne pouvait empêcher Caleb d’avoir son héritage. Sa fidélité à Dieu a été récompensée. La victoire du vieux Caleb sur les fils d’Anak confirme que Dieu pouvait leur donner la victoire 45 ans plus tôt.

Ce qui est le plus interpellant dans ces faits est ceci :
Bien que Caleb soit rentré en possession de son héritage, cela a été différé de 45 ans par la désobéissance du peuple. Il y a eu des pertes collatérales énormes.

Les enseignements que nous pouvons tirer de cette histoire sont :

  • Faisons confiance en Dieu et marchons par la foi.
  • Notre désobéissance et notre manque de foi peut coûter cher à notre famille, à notre église, aux nôtres.
  • Si nous sommes fidèles à Dieu, rien ne peut nous empêcher d’entrer dans notre héritage, il tardera peut-être, mais il arrivera CERTAINEMENT.

Que notre Dieu nous bénisse tous.

Espoir BAHEL.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?