Version imprimable de cet article Version imprimable

Dieu est un Dieu fidèle et efficace dans l’épreuve

« Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits ; elle alla remplir l’outre d’eau et fit boire le garçon. »

J’aime beaucoup le récit d’Hagar (gen.21.14-21). Parmi tout ce que l’on peut en retirer, une chose m’a particulièrement interpelée. Dieu est un Dieu fidèle et efficace dans l’épreuve.

On peut considérer qu’Hagar et Ismaël ne sont qu’un contre temps. C’était le plan charnel de Sarah et d’Abraham pour tenter de donner un coup de pouce à la promesse de Dieu (gen.16.1-3). Mais pourtant, Dieu a fait une promesse à Hagar (gen.16.7-16).

Mais voici qu’Ismaël est né et ils sont chassés de la maison d’Abraham… Elle n’a qu’une outre et un pain pour survivre dans le désert. Autant dire que c’est la mort qui les attend… Où est alors ce Dieu qui, soi-disant, entend ? Imaginons sa souffrance. Elle est avec un enfant qui lui rappelle « Dieu entend » (gen.16.11) et pourtant, les circonstances ne sont-elles pas le témoignage que Dieu n’entend pas (gen.21.15-16) ? Que Dieu n’est pas là ? Que Dieu ne tient pas ses promesses ? Qu’ils sont abandonnés de tous ?

Voici ce que je trouve merveilleux. Dieu sait s’y prendre avec les cas les plus désespérés. Les ressources d’Hagar sont épuisées. Il n’y a plus rien qu’elle puisse faire pour elle et son enfant. Elle s’éloigne même, car elle ne veut pas assister à la mort d’Ismaël. Elle a complètement baissé les bras.

Comment Dieu va agir en pareille circonstance ? Tout d’abord, il lui rappelle sa promesse « N’aie pas peur [Hagar], car Dieu a entendu ». Mais la suite est surprenante. Alors qu’elle est à bout de force, Dieu lui dit « Lève-toi, prends le garçon et tiens-le bien ; car je ferai de lui une grande nation. » (gen.21.18). Quel Dieu cruel n’est-ce pas ? Elle est à bout de force ! Comment peut-elle se relever et prendre soin de son enfant ? Il n’y a plus aucune ressource vitale pour eux… Mais voici la clé du verset : « Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits ; elle alla remplir l’outre d’eau et fit boire le garçon. » (gen.21.19). Il n’est pas écrit « Dieu créa un puits » ou « Dieu fit apparaître un puits », mais bien « Dieu lui ouvrit les yeux ». Dès le début, l’échappatoire de Dieu à l’épreuve d’Hagar n’était pas loin d’elle. Il lui suffisait d’ouvrir les yeux.

Nous avons une grâce bien plus grande que celle d’Hagar, nous sommes héritiers de Dieu, fils et filles de Dieu en Jésus-Christ. Pour nous, ses enfants, Dieu n’a pas hésité à porter Jésus sur la croix. Si nous sommes éprouvés en ce moment, soyons certains que l’échappatoire, prévue d’avance par Dieu, n’est pas loin (rom.8.28 ; 1Co.10.13).

Peut-être avons-nous besoin que Dieu nous ouvre à nouveau les yeux, car notre détresse est telle que nous ne sommes plus capables de voir cette échappatoire. Mais sachez qu’elle n’est jamais bien loin. Que Dieu est un Dieu fidèle et efficace pour venir à notre secours. Il entend nos cris et y répond !

Fabien Bottes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?