Cavalier ou sixième trompette de l’Apocalypse ?

Impossible de ne pas se poser de nombreuses questions. Même s’il faut éviter les deux extrêmes ; une application risquée de l’Apocalypse (voici un cavalier ou la sixième trompette...) et l’absence totale du Ciel pour ce qui se passe sur la Terre ; cette secousse planétaire interpelle malgré tout spirituellement.

Je n’ai pas été visité par un ange (du moins pas encore... peut-être y a-t-il un confinement céleste !) mais je vous livrerai de temps à autre dans ces réflexions couilletoises, les impressions-convictions reçues dans l’intimité avec la Parole et avec le Dieu de la Parole.

Quelques versets d’Amos résonnaient et raisonnaient bizarrement ce matin.

« Sonne-t-on de la trompette dans une ville sans que le peuple soit dans l’épouvante&nbps; ? Arrive-t-il un malheur dans une ville sans que l’Éternel en soit l’auteur ? En effet, le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes. Le lion rugit : qui ne serait pas effrayé ? Le Seigneur, l’Éternel, parle : qui pourrait ne pas prophétiser ? » (Amos 3.6-8 Voir le contexte)

« Moi, je vous ai envoyé la famine dans toutes vos villes, le manque de pain dans toutes vos demeures. Malgré cela, vous n’êtes pas revenus à moi, déclare l’Eternel. »
(Amos 4.6 Voir le contexte)

« En effet, voici ce que dit l’Eternel à la communauté d’Israël : Cherchez-moi, et vous vivrez ! « (Amos 5.4 Voir le contexte)

Je sais qu’il faut beaucoup de prudence pour bien interpréter ces vieilles prophéties bibliques ; loin de moi de vouloir offusquer ce brave Amos, berger de Tekoa, chargé d’un message décapant pour le Royaume de Juda décadent en 750 avant JC. Mais quand même, il y a des vérités et des principes qui ne prennent pas de rides !

Ce serait tout bonnement inconscient de voir arriver un malheur dans une ville, que dis-je, sur une planète, sans admettre que le Seigneur désire nous adresser la parole.

Je ne m’hasarderais pas à miser sur l’ouverture d’un quelconque sceau... ni au désintérêt passif d’un dieu trop fatigué pour s’occuper du sale temps sur la planète !

Première lueur dans cet épais brouillard ! Encore et toujours, Dieu crie à l’homme : Cherchez-moi et vous vivrez ! Nous oublions si vite que le Dieu de la Bible est un Dieu personnel, infini et trinitaire. Parce qu’Il est communion de trois personnes, l’un des buts poursuivis en nous créant était celui-ci : manifester la gloire de son être et de ses attributs à des créatures morales capables de réagir à ses initiatives relationnelles.

Parce que le Dieu infini et personnel aime exagérément l’homme, Il se languit de voir notre communion intime avec Lui se développer et s’approfondir ; c’est d’ailleurs pour cela qu’Ils nous a créés : connaître le Seigneur trinitaire de toute la création, l’aimer, faire de Lui nos délices et l’honorer... exagérément !

La relation à Dieu, c’est la grande merveille de la création.
Alors quand relation rime avec récession, abandon ou juste détérioration... est-il saugrenu de laisser un virus remettre un peu d’ordre dans nos vies ?

Avant de pointer du doigt nos sociétés résolument sécularisées, les disciples du Christ ont énergiquement besoin de L’entendre : Je ne suis pas lointain, ni silencieux, je suis là et je vous parle ! Je suis Dieu et je vous cherche !

L’Éternel ne fait rien sans avoir révélé son secret... Et si le confinement nous faisait rentrer dans le secret... de son Intimité ?

Première impression !
Suivront des pistes de solution pour intensifier la relation.

Laurent Cayron

Voir la suite de la méditation ►


Poster un nouveau message

Modération à priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom