Version imprimable de cet article Version imprimable

Ayant pour casque l’espérance du Salut

Dans Éphésiens 6.12, Paul dit (version paroles vivante) :
« Car ce n’est pas seulement de notre combat à nous qu’il s’agit. Nous n’avons pas à lutter uniquement contre notre nature terrestre, ni contre de simples ennemis mortels (contre des êtres de chair et de sang), mais contre les puissances occultes, contre une organisation satanique, contre les dictateurs invisibles qui, dans les ténèbres, veulent contrôler et régir notre monde, contre légion des esprits démoniaques dans les sphères surnaturelles, véritables agents du quartier général du mal. »

Nous sommes engagés dans un conflit total avec des êtres spirituels invisibles ayant de redoutables pouvoirs, remarquablement organisés et totalement opposés à nous et à tout ce qui est pour Dieu, aux desseins de Dieu et au peuple de Dieu.

Il peut faire beau, nous pouvons mener une vie confortable, une certaine paix semble régner, cependant intérieurement, dans nos pensées et dans nos sentiments à notre égard, à l’égard de Dieu et envers les autres, toutes sortes d’orages font rage avec une frénésie orchestrée par notre ennemi par excellence, Satan en personne.

A cause de ce combat, Paul poursuit, au verset 13 :
« C’est pourquoi, endossez l’armure que Dieu donne afin de pouvoir résister au mauvais jour et tenir jusqu’au bout après avoir fait tout ce qui est possible » (Eph.6.13)

S’engager dans le combat spirituel ou bâtir dans le royaume de Dieu sans avoir revêtu son armure spirituelle, c’est s’exposer au danger, c’est faire preuve d’inconscience, car, quand nous attaquons le Diable, il réplique, mais pas forcément selon les règles ! Les coups bas quand vous avez le dos tourné c’est son truc !

Paul cite 6 parties de l’équipement militaire : la ceinture de la vérité, la cuirasse de la justice, les chaussures de l’Evangile de la paix, le bouclier de la foi, le casque du salut et l’épée de l’Esprit. (Eph.6.14-17)

Ephésiens 6.17 : « Prenez aussi le casque du salut… »
« Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de l’amour, et ayant pour casque l’espérance du salut » (1Th.5.8)

L’espérance, dans la bible signifie ‘attente ferme, sereine et confiante de quelque chose de bon’

L’espérance dans les Écritures a un fondement solide, c’est la foi.
La foi est la substance, le fondement, la réalité sous-jacente sur laquelle les espérances se bâtissent. L’espérance chrétienne, est fondée sur la foi. Elle est ferme !

Romains 15.13
« Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi (non pas en sentiment, en volonté, en vision mais dans la foi) pour que vous abondiez en espérance par la puissance du Saint-Esprit »
Nous ne devons pas ôter notre casque, car il y a sûrement un être spirituel méchant quelque part dans le monde invisible prêt à nous viser de ses flèches. Dès l’instant où nous ôtons notre casque, il risque de nous atteindre droit dans la tête (le monde de nos pensées). Nous devrions même dormir avec.
Il nous faut nous coucher remplis d’espérance et nous réveiller remplis d’espérance.

Hébreux 6.17-19
« C’est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immuabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme sûre et solide. »

Quand un homme s’enfuyait pour sauver sa vie, il existait un endroit où personne n’osait le toucher. Ce lieu était l’autel de Dieu. Celui-ci avait 4 cornes (une à chaque angle). Cfr. Ex.21.14 ; 1R.1.50 ; 1R.2.29

C’est pourquoi, l’auteur de l’épitre aux Hébreux dit :
« Quand vous êtes pressé de toute part et que l’ennemi est sur vos talons, courrez à l’autel et saisissez les cornes de l’espérance. Ne les lâchez pas, et ainsi il ne pourra pas vous atteindre. »

L’autre image de l’espérance se trouve au verset 19 :
« Cette espérance nous la possédons comme une ancre de l’âme sure et solide »

Pourquoi a-t-on besoin d’une ancre ?
Parce qu’un bateau ou un navire est fait pour flotter sur l’eau et que l’eau est un élément tout à fait instable. Il n’y a rien dans l’eau qui puisse assurer la sécurité ni la stabilité ; si l’on veut donc que le bateau reste stable, il doit y avoir une ancre reliant le bateau à travers l’eau à un autre élément tel qu’un rocher qui, lui, est stable. Une fois l’ancre attachée à l’élément stable, le bateau est maintenu.

Face à l’instabilité de notre monde (sur les plans économique, politique, social), il nous faut une ancre qui traverse notre temps pour atteindre l’éternité. Lorsqu’elle est attachée à la présence éternelle du Dieu tout-puissant, nous sommes en sécurité.

Quelle est cette ancre ? Il s’agit de l’espérance. Il y a quelque chose au-delà des limites du temps, quelque chose que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment et qui ne peut ni changer, ni souiller, ni se corrompre, ni se souiller. Et quand nous avons cette ancre, rien ne peut nous troubler, nous déstabiliser ou nous vaincre – nous sommes stables, car notre ancre de l’espérance est attachée à Lui ; le rocher des âges, inébranlable.

Chaque jour, en nous préparant spirituellement, souvenons-nous de nous revêtir de l’armure spirituelle que Dieu met à notre disposition afin de nous défendre contre les attaques qui ne manqueront pas d’arriver.
Nous constaterons que Dieu est fidèle pour fortifier notre espérance en nous rendant capable de nous tenir debout, victorieux dans son Esprit.

Aristides Brouzakis
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?